Retour à

Envisager la réutilisation de bâtiments existants

Dans le meilleur des cas, le bâtiment existant sera très peu modifié au niveau de ses composantes, et le projet pourra s'y inscrire sans nécessité de recourir à des travaux d'importance structurelle. Dans les autres cas, il en va du degré de rénovation : tout projet de réutilisation de bâtiments existants n'est pas automatiquement un projet intéressant en termes de durabilité. Par exemple, en présence d'une structure saine, le façadisme (au sens stricte, rénovation où uniquement la façade est conservée) ne constitue pas une démarche durable en termes de flux de matière.

Evaluation détaillée à l'aide d'études spécialisées

Il revient avant tout au maître d'ouvrage d'évaluer l'impact qu'aura le projet de rénovation visé sur le bâtiment existant. Le concepteur, quant à lui, doit également peser les avantages et inconvénients de chaque scénario envisageable. Deux outils d'évaluation pertinents existent dans ce cadre : l'étude ACV (analyse du cycle de vie) et l'étude LCC (Life Cycle Costing). Cette dernière vise à évaluer les coûts totaux des solutions conceptuelles sur l'ensemble du cycle du vie du bâtiment, mais peut également être utilisée pour évaluer l'intérêt d'une opération de rénovation.

L'adéquation entre les structures existantes et le projet :

Si la rénovation présente des avantages certains au niveau du cycle de la matière, du fait du maintien in situ d'éléments (de structure, de façade, de matériaux), il est néanmoins essentiel qu'un bâtiment soit compatible avec le programme qu'on projette d'y inscrire.

Il convient dès lors de s'assurer que le projet de rénovation soit conçu en vue de permettre:

  • le maintien en place des structures existantes sans altération ou démolition majeure
  • la réalisation des éventuelles altérations ou réparations structurelles nécessaires sans impact majeur sur les fondations existantes
  • l'obtention d'un niveau de performance énergétique élevé moyennant une utilisation rationnelle de la matière
  • un confort d'occupation élevé (thermique, acoustique, migration de la vapeur d'eau) grâce une composition de l'enveloppe permettant la mise en œuvre de nouveaux matériaux de construction à faible impact environnemental

En cas de défaillance technique majeure, un renforcement (par exemple à l'aide d'un appui intermédiaire supplémentaire ou d'une réparation locale) ou un remplacement peut s'avérer nécessaire. Dans le cas de projets de rénovation, certains éléments de structure peuvent se voir altérés ou même démontés et remplacés par d'autres, selon les impacts du projet de transformation sur le système structurel du bâtiment existant.

Il importe donc de :

  • Analyser l'impact en termes d'apport de matières neuves des éventuels renforcements de la structure existante
  • Evaluer l'incidence éventuelle sur les fondations existantes d'un apport supplémentaire d'éléments de structure neufs

Cette analyse est habituellement effectuée en concertation avec un ingénieur en stabilité.

Analyse de la démontabilité des éléments de structure voués à disparaitre :

Pour tout élément structurel existant devenant obsolète dans le cadre du projet de rénovation, il importe d'évaluer la faisabilité de son démontage ou son désassemblage. Si cela n'est pas réalisable, l'évacuation des matériaux pourra engendrer un flux de déchets de démolitions important du fait de la dégradation des matériaux ou éléments voisins dont le démontage n'est pas prévu. Il y aura aussi inévitablement un coût lié à la démolition, à l'évacuation voire à l'élimination des déchets. Ce coût peut être potentiellement important.

Mis à jour le 01/01/2013