Retour à

Objectifs

Base réglementaire et bonne pratique ★

Afin de mettre en place les bases d'une utilisation rationnelle de l'eau dans les bâtiments, il est indispensable de :

  • Respecter les « prescriptions techniques pour les installations intérieures » établies par la fédération belge du secteur de l'eau (Belgaqua).
  • S'assurer que la conception des réseaux hydrauliques (distribution et évacuation) respecte certains principes de simplicité, de centralisation, de choix de matériaux adaptés à la qualité de l'eau véhiculée, de calorifugeage des conduits, de réduction centralisée de la pression, etc.
  • S'assurer que l'on ne dépasse pas les valeurs moyennes de référence de consommation d'eau :
    • Dans les logements, rester sous la consommation moyenne nationale en limitant la consommation d'eau potable à 106 litres par jour et par personne (source : Livre bleu BELGAQUA, 2008).
    • Dans les bâtiments de bureaux (tertiaire et assimilé : petites entreprises sans processus de production) : limiter la consommation moyenne d'eau potable à 50 litres par jour et par employé.

Minimum conseillé ★★

Outre la mise en place de bonnes pratiques en terme d'utilisation rationnelle de l'eau, on veillera à :

  • Optimiser la conception des réseaux hydrauliques (distribution et évacuation) par le placement d'équipements permettant d'assurer :

    • Une régulation de la pression du réseau interne et une protection de ce réseau contre les variations de pression. ;
    • Un suivi régulier des consommations d'eau : compteur(s) d'eau, etc. ;
    • Le repérage des fuites comprenant la fermeture automatique de l'alimentation en eau du réseau en cas de rupture de canalisation (fuite importante) ou de fuites imperceptibles (mico-fuites liées aux équipements : goutte à goutte).
    • L'élaboration d'un plan d'entretien pour l'installation d'eau et les équipements doivent faire l'objet d'un calendrier clair : entretien de l'installation d'adduction d'eau, recherche des fuites, entretien des filtres, etc.
    • La proximité des préparateurs d'eau et des échangeurs avec les différents points de puisage.
    • La conception des réseaux d'évacuation, séparatifs (eaux pluviales, eaux grises et eaux noires) permettant une évacuation différenciée d'eaux potentiellement récupérables.
  • Multiplier les dispositifs d'économie d'eau compatibles avec l'installation pour limiter la consommation d'eau potable par rapport aux valeurs de référence :

    • Dans les logements, réduire les besoins totaux de 10 à 30%. Viser au minimum une économie d'eau de 50% sur le poste des toilettes.
    • Dans les bâtiments de bureaux, réduire les besoins totaux de 20%. Viser au minimum une économie d'eau de 30% sur le poste des toilettes.

      Parmi les dispositifs d'économie d'eau que l'on peut envisager, on retiendra :

      • Au moins 75% de toilettes à faible consommation : chasses des WC et des urinoirs ;
      • Les limiteurs de débits sur les robinets, les pommeaux de douches économiques, les mitigeurs thermostatiques (douches et bains), etc.
  • Envisager la récupération d'eau de pluie et/ou l'épuration des eaux grises.
  • Réaliser, une fois par an, une analyse de la qualité de l'eau aux points de puisage.

Optimum ★★★

Pour aller plus loin dans l'utilisation rationnelle de l'eau :

  • Optimiser la conception des réseaux hydrauliques (distribution et évacuation) par le placement d'équipements permettant d'assurer :

    • Le comptage différencié des consommations d'eau, notamment en permettant l'identification de la consommation des eaux dites alternatives ;

    • La conception des réseaux d'évacuation, séparatifs (eaux pluviales, eaux grises et eaux noires), permet la récupération d'eau de pluie, le recyclage des eaux grises et/ou le traitement des eaux noires (eaux fécales).
  • Multiplier les dispositifs d'économie d'eau compatibles avec l'installation pour limiter la consommation d'eau potable par rapport aux valeurs de référence :

    • Eviter l'usage de l'eau potable pour les usages les plus polluants ;

      Réduire les besoins de 50 à 70% pour toutes les affectations sur base des dispositifs d'économies d'eau.

      Envisager le placement d'équipements sanitaires qui n'utilisent pas d'eau, du moins qui réduisent drastiquement son usage, sur base d'une étude de faisabilité : toilettes à (pré) compostage, urinoirs sans eau, etc.

  • Optimiser l'approvisionnement alternatif (récupération d'eau de pluie, recyclage d'eaux grises et/ou d'eaux usées).
  • Réaliser régulièrement des analyses de qualité de l'eau aux points de puisage : paramètres physicochimiques, bactériologiques et légionnelles.
Mis à jour le 27/09/2016